Le village

Surface : 4.13 km² (1.59 sq mi)

Population : 210 (2018)

Densité : 51 hab /km²

CODE INSEE / Code Postal : 13061 / 13150

Entre Rhône et Montagnette, la commune de Saint-Pierre de Mézoargues est blottie au milieu des vergers. Au cœur du village se trouvent la mairie, l’église et l’école, le reste de la commune étant constitué, essentiellement, de mas et de bâtiments agricoles disséminés sur le territoire.

Environ 260 habitants, les Saint-Pierroises et Saint-Pierrois, animent cette petite commune placée au carrefour entre Avignon, Nîmes et Arles. A proximité de communes bien connues : Boulbon pour la Procession des Bouteilles, Vallabrègues pour la Fête des Vanniers, Tarascon pour sa riche histoire. Tournée vers Les Alpilles, la Vallée des Baux et le cœur de la Provence, Saint-Pierre fait vivre les traditions taurines (Abrivados), la langue Provençale et le costume traditionnel du Pays d’Arles lors de sa fête votive, la Saint-Pierre du premier week-end d’Août.

La commune est située au centre d’une riche plaine horticole. Le village développe essentiellement des cultures fruitières (cerises, pêches, pommes, poires, abricots, prunes), du maraîchage, des vignobles et des oliveraies qui s’étendent sur des terres généreuses. Forts d’une terre limoneuse et très fertile à proximité du Rhône, les exploitants agricoles de la commune sont performants et vendent leur production sur le Marché d’Intérêt National de Châteaurenard et sur celui de Saint-Etienne-du-Grès. Ainsi, Saint-Pierre-de-Mézoargues, alliant tradition et modernité, a su préserver son terroir pour en faire un véritable atout.

Fait remarquable : Saint-Pierre de Mézoargues dispose de la dernière école à classe unique du département des Bouches-du-Rhône. Les paysages agricoles et la proximité du site de la Montagnette confèrent un cadre de vie agréable à notre village.

Croissance démographique

La population a évolué lentement de 198 habitants en 1793 à 260 de nos jours. Cette faible progression s’explique à la fois par les risques d’inondation mais aussi par la volonté des Municipalités et des habitants de conserver le caractère du village sans le défigurer.

L’histoire de Saint-Pierre de Mézoargues

L’historique ci-dessous provient pour une grande part d’extraits issus de « La monographie de Mézoargues » dans « Le château au Moyen Age dans le diocèse d’Avignon » Université d’Aix-Marseille. A.M. Durupt 1991

Fin Xe siècle, la famille Comtale de Provence choisit une branche cadette des Vicomtes d’Avignon pour contrôler son territoire de Boulbon dont fait partie Mézoargues.
A cette époque on parle de « Mizoague ». Puis apparaît « Mazoargues » avant de devenir « Mézoargues ».

Après l’assèchement des marais, un bourg s’est développé autour d’une église domaniale dédiée à Saint Pierre. Les Vicomtes, qui prirent le nom du lieu où ils s’installèrent, créèrent un castrum (attesté en 1125) en dressant un château près de l’église Saint Pierre, pour regrouper l’habitat dispersé dans des îlots clairsemés. Considérée comme castrale, Saint Pierre deviendra pus tard une église paroissiale.

Au XIIe siècle, les Vicomtes de Mézoargues sont alliés au parti Baussenque dans sa lutte pour accéder au trône de Provence, occupé par la Maison de Barcelone. En 1125 la seigneurie de Mézoargues passe sous la souveraineté des Comtes de Barcelone après l’abandon des terres d’Argence et de Beaucaire par le Comte de St Gilles. Après l’écrasement de ce Parti en 1156, la famille de Mézoargues se portera garant de la fidélité de celle des Baux à laquelle ils paraissent très liés.

Fin XIIe siècle, une branche cadette des Mézoargues semble s’être sensiblement rapprochée de la Maison de Barcelone et côtoyer une de leur plus fidèles familles : les Porcelet d’Arles.

Au XIIIe siècle, les luttes qui opposent les aristocrates au Comte de Provence, allié à l’évêque d’Avignon mirent fin à la suprématie dans la région des Vicomtes de Mézoargues qui perdirent leur château, déclaré détruit en 1252. Campredon est sans doute une Bastide de guerre édifiée par le Comte de Provence pour assiéger le château seigneurial de Mézoargues qui deviendra un castrum mentionné au XIVe siècle. La famille émigrera vers la Viguerie d’Arles.

Au XIVe siècle, la Reine Jeanne remettra, pour services rendus, la seigneurie au Sénéchal de Provence, Jean Gantelme. Il cédera une partie des terres de Campredon aux Bénédictines de Tarascon (dépendant de l’Abbaye de Lérins) pour y créer un Prieuré.
Après les luttes dynastiques et l’occupation du territoire par le Vicomte de Turenne, une partie du domaine de Mézoargues reviendra à la famille De Maingre.

L’église St Pierre survivra aux événements des XIVème Siècles jusqu’au XVIIIe siècle. Elle fut reconstruite en 1715, allongée d’un tiers en 1858 et le clocher fut érigé en 1868. La Paroisse fût créée en 1665 par démembrement de celle de Tarascon.

Parmi les éléments du Patrimoine actuel de la commune, citons :

  • L’Eglise possède dans le chœur de magnifiques statues de la Vierge à l’enfant et de Saint Roch. Une Chapelle de la Sainte Vierge et une Chapelle de Saint-Pierre sont ornées de belles statues. Les vitraux sont à voir et particulièrement celui installé en 2012 dans le clocher. Ce dernier, offert par la Municipalité, est l’œuvre d’un artisan de Beaucaire.
  • Le Château de Campredon du XVème S avait une chapelle au milieu de l’édifice. Il fût remanié à plusieurs reprises. Aujourd’hui, Mas des 4 Tours, il abrite des habitations privées.
  • La Mairie, construction du XVIIIème S, bien restaurée, constitue avec l’Eglise et l’ancien Presbytère un ensemble de qualité et marque le centre de ce village à habitât dispersé